Vivre durable – Le textile 2/6

textile durable écoresponsable

SE CHANGER SOI, C'EST CHANGER LES AUTRES

Parce qu’aujourd’hui, nous sommes pleinement conscients que le fonctionnement actuel de nos sociétés ne permet pas de pérenniser la planète pour les générations futures. Les ressources explosent, flambent, et menacent l’équilibre de notre écosystème : il est temps de faire quelque chose pour ne plus prendre part à ce déséquilibre dangereux. 

0
Habitants sur Terre

Que vaut mon empreinte sur Terre face à la multitude d’êtres humains qui la composent ? Mes actes ont-ils une réelle valeur ? Est-ce vraiment utile si je suis seul(e) à m’y mettre ?

Notre réponse : bien sûr que OUI. Chaque action compte. On peut d’abord commencer à son niveau, à l’échelle de son appartement, de son environnement de travail ou de sa ville, et poser les premiers gestes décisifs. Poursuivez la lecture de cet article, on vous accompagne à poser un regard neuf sur votre éco-système et à trouver de nouvelles alternatives !

2. REPENSER SA GARDE-ROBE

Le CHIFFRE à retenir : 25% des produits chimiques du monde sont utilisés pour l’industrie textile.

L’impact environnemental de nos vêtements est une donnée essentielle à ne pas négliger lorsque nous nous habillons. Le dernier rapport de 2017 de la fondation Ellen McArthur explicite les sources de pollution liée à cette industrie : extraction de ressources non-renouvelables, lavage important du produit lors de l’usage, enfouissement ou incinération sans recyclage, sans compter sur l’exploitation des ouvriers, la dengerosité des conditions de travail… Mais alors, que faire pour réduire son empreinte ?

 

       1. Les matières biologiques

Acheter un vêtement éco-responsable, c’est passer par l’achat de vêtements qui peuvent être issus de fibres biologiques. On évite le polyester, polyamide, la viscose et l’élasthane (fabriqués à l’aide de produits chimiques toxiques) et on privilégie le lin, le lyocell, le chanvre et le coton, qui sont des cultures moins gourmandes en eau et beaucoup moins polluantes ! On vérifie aussi les labels apposés : GOTS (certifie l’origine biologique des tissus et les conditions sociales de production du vêtement), Oeko-Tex (garantit des tissus sans substance néfaste pour l’homme comme pour l’environnement).

Exemple : Annuaire des boutiques éco-responsables, biologiques ou durables proposées par le blog Éloge de la curiosité.

 

    2. Le Made in France

Une autre manière de diminuer son empreinte de manière significative ? Soutenir la production et l’économie locale en achetant français. Des matières premières au produit fini, nos vêtements font des milliers de kilomètres de voyage, très souvent produits dans des conditions de travail désastreuses, et sont remplis de polluants (colorants, phtalates, nano-particules, composés perfluorés, formaldéhyde…).

En achetant auprès de boutiques françaises, vous permettez de réduire drastiquement le bilan carbone des vêtements, mais aussi de favoriser l’emploi en France et de soutenir de jeunes marques, souvent engagées dans l’économie circulaire et la production biologique.

Exemple : La Fédération Indépendante du Made in France a mis en place une carte interactive permettant de renseigner les différentes boutiques dont l’offre Made in France est intégrale ou prédominante. De même, le site web BMIF est un centre commercial en ligne répertoriant de très nombreuses boutiques Made in France, toute catégorie confondue (épicerie, bien-être, mode, maison…)

 

    3. Marchés de l’occasion

L’industrie textile fonctionne de manière très linéaire : je produis, je consomme, je jette. Aujourd’hui en France, il se vend 9,2 kilos de vêtements par an par habitant. En revanche, seul 1/3 de ces vêtements sont collectés (3,2 kilos). En privilégiant le marché de l’occasion à travers les braderies, friperies (en ligne ou en magasin), vides-greniers et échanges, vous donnez une seconde vie à des textiles déjà produits, pour un prix plus bas !
Exemple : rendez-vous sur Vide-Greniers pour un répertoire des vides-greniers, brocantes et marchés aux puces et plus encore !

 

   4. La location

Dans l’obligation d’avoir une tenue un peu particulière pour un événement ponctuel ? Une belle robe de soirée ou un costume chic que vous ne possédez pas dans votre armoire et qui ne vous resserviront probablement jamais ? La location vous permet d’éviter un achat inutile prenant la poussière, et de joindre son utilisation temporaire avec celles de plusieurs autres client(e)s, pour en faire un produit collectivement partagé.
Exemple : vous pouvez faire appel à une entreprise spécialisée dans la location ou demander à un(e) ami(e), père/mère ou collègue !

* Source : Le Monde

Et vous, possédez-vous vos propres astuces pour limiter l'empreinte écologique de votre garde-robe?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *